TEMOIGNAGES

Cécile NIGAY - Chef de projet de "L’Irrésistible Duo" – ISARA LYON

Lauréate du prix ECOTROPHELIA France Innovation Fruits et Légumes 2015

Aujourd'hui Chef de produits Marques de distributeurs chez Lactalis Nestlé Produits Frais. Je pense que le projet ECOTROPHELIA a contribué de façon positive à mon embauche en stage de fin d'études puis en CDD puis en CDI dans la même entreprise. Même si certains employeurs ne connaissent pas le concours ECOTROPHELIA, tous sont très réceptifs au projet. C'est pour eux une certaine assurance du dynamisme, de la motivation et des compétences larges de l'étudiant qu'ils recrutent. En effet, je suis convaincue de la pluridisciplinarité qu'apporte ce projet : nous suivons le projet de A à Z, et voyons tous les aspects de la création d'entreprise agro-alimentaire.


 

Alice REBOURS - "Sel à saisons" – EBI Cergy

Lauréat du Prix ECOTROPHELIA France Innovation Nutrition et du Prix spécial Communication et Marketing SOPEXA 2015

Ecotrophelia nous permet de réaliser un projet complet de création d'entreprise. Grâce à une analyse marketing, à la conception d'une innovation produit, à l'élaboration d'un procédé le plus économique et écologique possible et à l'application de ce projet à une échelle pilote, nous avons pu avoir une vision globale et réelle d'une création d'entreprise. Très professionnalisant et formateur, c'est un passage obligatoire pour tout futur entrepreneur.


 

Aude MATHIEU - "Tartinons" – ONIRIS Nantes

ECOTROPHELIA France 2013

Aujourd'hui : Chef de produit chez Lactalis

Afficher l'image d'origine

Je suis chef de produit chez Lactalis. Lors de mon recrutement, le projet ECOTROPHELIA m’a permis de mettre en avant mes compétences métiers en lien avec la fonction de Chef de Produit : gestion de projet, travail en équipe, gestion de budget, process innovation (idée à lancement), gestion de la marque, capacité d’analyse + ma sensibilité produit ainsi que mes compétences comportementales : engagement, persévérance, ambition (faire de notre projet le concept gagnant). Je pense que c’est une expérience riche que je recommande vivement !


 

Guillaume FLOC'H - Pourquoi Pain/Bread and Cook – ONIRIS Nantes

ECOTROPHELIA France d'Or et ECOTROPHELIA Europe de Bronze 2012

Guillaume FLOC'H

Un souhait, un rêve depuis la rencontre d'un participant en 2009, juste avant mon entrée à l'école Je pense que notre principale force était de croire vraiment en notre projet et d'être tous complémentaires. Il est important de choisir les membres de son équipe par rapport à la complémentarité et aux capacités de chacun pouvant être mises en œuvre dans la réalisation d'un tel projet, et non par affinité. Dès le début du projet nous nous sommes trouvés, avec une forte volonté de travailler ensemble et c'est, avec le recul, une des raisons de notre succès.Le meilleur de cette expérience : une aventure hors du commun, des découvertes, des rencontres et une ligne qui vaut son pesant d'or sur le C.V !


 

MARC ANTOINE GREIB - Duo2Choc/Twin Choc - ENSCBP-Bordeaux INP

ECOTROPHELIA France d'Or et ECOTROPHELIA Europe d’Argent 2011

Marc-Antoine GREIB

La place de l’écoconception prend une nouvelle valeur lors de ce concours et nous a permis d’entrevoir les futures préoccupations que nous devrons avoir à l’esprit dans nos futurs emplois. Avoir gagné ce concours est la plus grande fierté de mes études. Quel secteur économique peut se vanter d’avoir un concours à l’échelle européenne ? Ce concours Européen permet aussi d’envisager l’alimentation autrement et de considérer la diversité alimentaire des pays participants comme une source d’idée et de développement de nouveau produit.

En effet, les atouts de cette compétition sont nombreux. L’envergure nationale est un des points essentiels. Elle permet une réelle concurrence et une vraie émulation parmi les 16 finalistes sur 56 projets présentés. Ensuite la structure du concours est essentielle. Outre la nécessité d’un dossier technique irréprochable et très complet, la présentation devant le jury technique est un moment primordial. Il s’agit alors de prouver que l’innovation est réelle, sans faille, avec une place sur le marché et techniquement faisable.

Passé cette étape, nous entrons dans l’exceptionnalité du concours. La présentation devant un jury national composé de professionnels largement reconnus dans le secteur de l’alimentation. Lors de cette présentation, la vraie valeur du projet ressort. Notre travail, mené depuis plus de 1 an, est évalué et commenté avec une impressionnante exactitude. En tant qu’étudiant, avoir la chance de prouver que ce que nous avons fait a une vraie valeur est une opportunité exceptionnelle. Avoir gagné ce concours est la plus grande fierté de mes études.

Cette victoire amène la participation au concours Européen. Quel secteur économique peut se vanter d’avoir un concours à l’échelle européenne ? La reconnaissance des mondes professionnel, universitaire et gouvernementale permet à l’organisateur de structurer et d’organiser cette compétition à une échelle très importante. Rétrospectivement, au départ du projet, cette possibilité n’était même pas envisagée tellement il y avait de chemin pour y parvenir. Y avoir participé me semble encore inouï à l’heure actuelle.

Pourtant sur le moment la compétition reprend ses droits et défendre son projet parmi ceux de 12 autres pays est énormément motivant. Le challenge est de proposer une innovation pouvant séduire 12 cultures plus ou moins différentes. A ce niveau le jury est encore plus exigeant et impressionnant. La présentation s’articule autour d’un échange sur les choix fait pour cette innovation. La place de l’éco-conception prend une nouvelle valeur lors de ce concours et nous a permis d’entrevoir les futures préoccupations que nous devront avoir à l’esprit dans nos futurs emplois. Ce concours Européen permet aussi d’envisager l’alimentation autrement et de considérer la diversité alimentaire des pays participants comme une source d’idée et de développement de nouveau produit.

Pour finir, nous avons tout fait pour participer et gagner des trophées lors des concours Ecotrophélia France et Europe 2011. L’aventure a été extraordinaire et à la hauteur des promesses et des attentes que nous en avions. Débuter une carrière avec ces trophées inscrits sur un C.V. est un réel atout. J’espère que cela nous permettra un jour d’avoir assez de reconnaissance dans le secteur de l’agroalimentaire pour faire parti d’un jury Ecotrophélia.


 

Rémy GIBEAUX - Duo2Choc/Twin Choc - ENSCBP-Bordeaux INP

ECOTROPHELIA France d'Or et ECOTROPHELIA Europe d’Argent 2011

Rémy GIBEAUX

Dans la vie d’un étudiant, pouvoir mettre en place tout un projet pour après pouvoir le faire / le soumettre à des industriels, c’est quand même une chance.


 

Aurélie RELET - COQU'ILE – ONIRIS Nantes

Prix Bernard Loiseau ECOTROPHELIA France 2011

Aurelie RELET

Ca nous a vraiment motivé de pouvoir présenter notre produit devant des professionnels qui certes ont un regard très critique mais qui en même temps, ont trouvé des aspects positifs à ce projet, donc c’est toujours valorisant pour un travail étudiant. De l’idée en passant par la phase de recherche, du travail des matières, de la formulation, l’industrialisation jusqu’à l’analyse financière, donc c’est vrai que c’est un travail très complet qui nous permet de voir toutes les facettes de l’industrie en un concours.


 

Lise DELEUZE - LOOSTIC - ENSCBP-IPB Bordeaux

ECOTROPHELIA France d'Argent 2011

Lise DELEUZE

Trophélia pour moi c’est déjà commencer à apprendre mon métier futur, métier d’ingénieur, c'est-à-dire gérer un projet, savoir toutes les problématiques mais aussi gérer les personnes et c’est vrai que ça, ça ne s’apprend pas forcément en cours mais ça s’apprend sur le tas. C’est une année de travail intensive mais c’est passionnant et vous me demandez de refaire, je re-signe tout de suite !


 

Alexia VEUGE - Toasty légumes - ISARA Lyon

ECOTROPHELIA France d'Or et ECOTROPHELIA Europe de Bronze 2010

Alexia VEUGE

Une grande fierté d’avoir gagné c’est nous qui l’avons crée, su  le faire, les recettes….

Faire un travail qui porte ses fruits est très valorisant !


 

Guillaume RICOCHON, Directeur Technique BIOLIE SAS

Delispoon – ENSAIA Université de Lorraine – 2005

Guillaume RICOCHON

En bref, moi qui pensais me spécialiser en formulation alimentaire, domaine sur lequel portaient nos cours, je me suis étonné à développer des compétences inattendues en gestion de projet et de communication. Je passe sur les tensions au sein du groupe, sur les moments de doute et de remise en cause totale du projet, le découragement, la lassitude... pour ne retenir que la joie (et le soulagement) de voir, après 6 mois de travail le projet final.

Cette participation au concours ECOTROPHELIA reste aujourd'hui, par sa dimension, la partie la plus importante et la plus formatrice de mes études.

J'ai participé à (Eco) Trophelia en 2005, lors de ma dernière année d'école d'ingénieur (ENSAIA). Cette année de spécialisation en formulation alimentaire s'articulait autour d'un projet central : la création d'un produit alimentaire innovant. Le fil rouge de ce projet était la participation au concours Trophelia. Le projet, que nous avons appelé Delispoon, était une bouchée apéritive : un biscuit en forme de cuillère, une mousse de tomate et des billes d'alginates aromatisées à l'anis. 

La gestion de ce projet s'est révélé être, pour mes 6 camarades et moi, une  expérience riche en apprentissage. Les premières semaines ont été assez simples: des séances de brainstorming et de veille documentaire. Une fois l'objectif défini, les choses se sont cependant vite accélérées. Il nous est rapidement apparu qu'il fallait structurer nos méthodes de fonctionnement : désignation d'un chef de projet, de groupes de travail (formulation, marketing, emballage, business plan, qualité, production, propriété intellectuelle…). Devant la masse d'ouvrage à abattre et la diversité des thèmes abordés, nous avons décidé de contacter d'autres groupes d'étudiants qui avaient eux aussi des projets à réaliser. Nous avons dû rédiger des cahiers des charges, faire des réunions de suivi, tout en informant toutes les parties (étudiants, enseignants, fournisseurs) des changements apportés au projet et des avancées réalisées... Au final, nous faisions de la technique, de l'économique, de la gestion de projet et de la communication. En bref, moi qui pensais me spécialiser en formulation alimentaire, domaine sur lequel portaient en effet essentiellement nos cours, je me suis étonné à développer des compétences inattendues en gestion de projet et de communication. Je passe sur les tensions au sein du groupe, sur les moments de doute et de remises en causes totales du projet, le découragement, la lassitude... pour ne retenir que la joie (et le soulagement) de voir, après 6 mois de travail, le document final sortir tout chaud de l'imprimante. Une soutenance et une dégustation devant nos enseignants plus tard, nous pensions avoir fait le plus dur.... d'autant qu'un nouveau challenge nous attendait : nous commencions notre stage de fin d'études.

Sauf que, 3 mois plus tard, une fois le cap de la formulation passé, il y a l'oral du concours Trophelia. On se passe quelques coups de fil, histoire de s'organiser la semaine précédente, et on arrive en Avignon la veille du concours. Avec du recul, je ne garde que peu de souvenirs clairs de ces jours, le stress et la fatigue y étant sans doute pour beaucoup. Quelques moments clés ? La montée des blancs en neige sur les lits de notre chambre à l'auberge de jeunesse vers 23h00. La qualification pour la finale après un premier oral stressant. Une mauvaise nuit, suivi d'une seconde présentation stressante. L'attente des résultats, plein d'angoisse. La déception (6ème et dernier de la finale) et la fatigue de la fin d'après-midi, et, pour finir, un apéritif anisé sur la place de l'horloge...

Aujourd'hui, le projet Delispoon, c'est une photo-poster sur un mur de mon bureau et un beau projet dans le fond d'un carton. Un groupe spécialisé dans la fabrication et la distribution de produits surgelés s'est bien montré intéressé, mais les discussions initiées n'ont jamais abouties. Pour nous, participer à Trophelia était, de toute façon et avant toutes choses, un support pédagogique permettant de fixer un cadre à notre formation. Et si nous n'avons pas eu de prix, comme le dit la chanson, « Si tout a raté pour moi, si je suis dans l'ombre, ce n'est pas ma faut' mais cell' du jury de Trophelia qui n'a rien compris ». Cette participation au concours Trophelia reste aujourd'hui, par sa dimension, la partie la plus importante et la plus formatrice des mes études. J'ai régulièrement l'occasion de croiser des étudiants préparant EcoTrophélia, j'ai beaucoup de plaisir à les conseiller et les encourager. Toujours avec nostalgie.

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.